Conventions d’études partenariales biodiversité

L’engagement récent du SPN dans des conventions partenariales tant privées que publiques résulte d’une demande de plus en plus importante des aménageurs, industriels, et gestionnaires d’espaces pour la prise en compte de la biodiversité sur leur zone foncière. Cela peut concerner les politiques globales des entreprises, les procédés industriels, les métiers impactant la biodiversité, etc. Les démarches engagées par ces structures, en termes de diagnostic des impacts et d’efforts de préservation des écosystèmes, les conduisent à solliciter la collaboration d’organismes scientifiques spécialisés dans le domaine de la biodiversité, tels que le SPN.

Missions de PatriNat

Ces conventions ont pour objectifs de mettre en place des méthodes d’évaluation et de suivi et d’accompagner les partenaires dans la gestion de la connaissance et la valorisation scientifique des données. En outre, l’amélioration des connaissances conduit à des recommandations d’actions en faveurs de la biodiversité (conservation, restauration, gestion de milieux à caractère naturel) via des cahiers des charges ou des guides de bonnes pratiques. Des formations et communications au sein des entreprises sur les enjeux de biodiversité sont également réalisées. Des travaux de fonds sont initiés sur des thématiques émergentes comme les questions de potentialités écologiques en milieu urbain ou encore sur la compensation écologique.

Les travaux engagés ont permis de développer des Indicateurs tel que l’Indicateur de Qualité Ecologique (IQE, Delzons et al. 2013). Celui-ci est destiné à diagnostiquer la biodiversité et la fonctionnalité écologique des sites industriels dans une optique de suivi et d’aide à l’aménagement et à la gestion écologique. Il permet aux exploitants d’appréhender les enjeux écologiques de façon claire et synthétique. Des expertises de terrain sont régulièrement menées dans l’optique de constituer des retours d’expériences. Une fois compilés et mis en interrelations (via par exemple des guides de bonnes pratiques, des plans de gestion, etc.), ils aident les partenaires à mieux structurer leurs actions en matière de biodiversité.
Les conventions partenariales sur la biodiversité participent à l’amélioration des connaissances globales en la matière sur le territoire national. Ainsi, plusieurs dizaines de milliers de données ont été produites ou collectées au cours des 5 dernières années. Des observations inédites ont été effectuées avec plusieurs mentions d’espèces jamais observées en France auparavant.
Au-delà de ces résultats, ces conventions offrent également l’opportunité de bénéficier de terrain d’étude pour tester plus largement de nouvelles méthodologies sur des programmes phares comme Natura2000 (évaluation de l’état de conservation des habitats de la Directive en lien avec d’autres partenaires scientifiques, etc.).

Publications